Chapitre 1 – Esbrouffe chevaleresque

Ex capilaris (Piplou) Ses cheveux colorés au goretex/ Se piquent en mire/ Et s’effritent leur botox/ Planifiant la poursuite méthodique/ D’un apex invisible,/ Sans lentilles leur racines greffées/ Construisent des charmilles/ De tresses maîtrisées/ Balancées de synapse en synapse/ Humant ça et là,/ Les fourches en avant, / A la recherche d’un ersatz/ De tex mex subutexé.

Ex capilaris 2 (Piplou) Tout le monde déteste mes cheveux,

Merci,

Aujourd’hui ils s’en vont, fuient, s’envolent, fuguent, se faufilent entre mes doigts, déguerpissent, succombent, s’effritent, se cassent à deux, se tirent, s’arrachent, s’échappent, démissionnent, s’évaporent, se noient dans le chlore, disparaissent sous la mousse, s’expatrient, s’exilent au fond de mon siphon, filent à l’anglaise, descendent en rappel, se camouflent, se pendent à des nœuds et coulissent en trombone, trébuchent et chutent, glissent en silence, se laissent aller – kidnappés par le temps, se dispersent et s’essaiment … à la folie.

Trèfle rond (Piplou) Sous les cernes des mûres, / d’autres cures se hissent à leur échafaud/ gratifiant les mutins volontaires/ échappés de leur mousse capillaire/ au petit matin du festin des liliacées.

La fête de la mousse (Piplou) Des cercles de mousse concentriques/ se collent aux murs/ pour se libérer des carcans de l’esthétisme/ aux vicissitudes de l’ennuie/ ils y coupent court/ pendus à un miroir/ regardent l’aurore de minuit/ oublient leur banale asymétrie/ et s’envolent en conversations sibyllines.

Store (Piplou) Des milliers de pupilles/ me regardent et me fustigent,/ sous les dunes le héraut/ s’étouffe de néons,/ leur Ray Ban à la main,/ les missionnaires dansent,/ flagellent les électrons,/ qui, les pieds devant/ disparaissent de ma vue.

L’échappatoire (Piplou) Des parcelles de craies/ Voyagent dans les cours d’écoles,/ Les bambins se mobilisent,/ Échappent aux cerbères/ Et tirent leur révérence.

Taie vs traversin (Piplou) Être quatre habillés de béton/ Etouffés par l’eau / Nous crachions sous la douche/ Des tentacules de plastique,/ La dernière nous est bien trop mystérieuse,/ Tantrisme dans la mousse,/ Elle fume le bord de son édredon.

Tour B ou bien A (Piplou) 80 centimètres de mousse calfeutrée/ drapée de leur robe / s’endorment en face à face,/ des étoiles calvilles de la tour gauche/ les amateurs amarrés à leur périscope/ lustrent leur calvitie épidermique/ miroitent le caliche des synapses/ calibrent de l’iris le joint de cal de jartelles rafistolées.

Nours (Piplou) Nours qui est bi/ Bise les ours/ qui bisent Nours/ Nours est lourd/ Car tous les ours/ Ne sont pas bi/ Mais comme les bisous/ De Nours sont doux/ Les ours disent/ « Bise nous Nours ».

BL fondant (Piplou) Des ballerines de vanille/ se démantibulent,/ s’épluchent de leur gousses/ pour charmer de vils espions/ au service du régime des B/ qui, ivres d’histoires rhumanesques/ se fondent au chocolat/ pour disparaître à jamais/ dans les métastases d’un Morphée cancéreux.

L'Université Libre de Monsieur Encouragement